Les habitats sableux

Ces habitats meubles ont des compositions variées : sables et graviers, sables et graviers envasés, sables envasés.

Ces milieux sont sous l’influence de la houle et des courants de marées. Les côtes ouest exposées sont de façon générale soumises à l’érosion, en revanche les baies des pertuis, les pointes nord et sud de la presqu’île d’Arvert ou encore la côte sud-est d’Oléron sont plutôt des zones dites d’accrétion sédimentaire (accumulation, comblement). Ces dynamiques de transits sédimentaires, parfois influencés par les aménagements littoraux, modulent en permanence l’évolution du trait de côte.
 

Bécasseaux sanderling (Calidris alba) à la recherche de nourriture au moment des marées

Bécasseaux sanderling (Calidris alba) à la recherche de nourriture

Cécile Barreaud - OFB

Bécasseaux sanderling (Calidris alba) à la recherche de nourriture

Cécile Barreaud - OFB

Oeufs de Gravelot à collier interrompu

Oeufs de Gravelot à collier interrompu

Christophe Vuillemot - OFB

Oeufs de Gravelot à collier interrompu

Christophe Vuillemot - OFB

Quelles espèces vivent dans ces milieux ?

Les habitats sableux, selon qu’ils sont plus ou moins envasés et remobilisés, accueillent différentes espèces de coquillages et de vers marins. Les espèces rencontrées diffèrent en fonction de la situation des habitats, en mode abrité, battu ou exposé. Sur la partie battue, on trouvera principalement des flions (ou tellines) et sur les plages abritées, des coques et couteaux, espèces connues et récoltées par les pêcheurs à pied.

Ces populations de coquillages et de vers très abondantes constituent une source de nourriture importante pour les poissons et les crustacés, à marée haute, et les oiseaux, à marée basse. Deux espèces d’oiseaux sont caractéristiques de cet habitat : le bécasseau sanderling et le gravelot à collier interrompu particulièrement fragile puisqu’il niche sur la plage !

La baie de Bonne Anse

Des prés salés à la flèche sableuse, la baie de Bonne Anse (commune des Mathes) est un concentré d’espèces et d’habitats pour lesquels le Parc naturel marin a une importante responsabilité de préservation.

Zone de dynamiques sédimentaires intenses, Bonne Anse est caractérisée à son extrémité par une flèche sableuse mouvante. Cette zone est un reposoir essentiel pour les sternes et de nombreuses espèces de goélands chassant les petits poissons pélagiques de l’embouchure de la Gironde.

A l’intérieur de la baie, les eaux sont plus calmes. Les sédiments fins se déposent et forment une vasière où se développent les herbiers de zostères. Les zostères sont des plantes à fleurs dont la bernache cravant est particulièrement friande lorsqu’elle arrive de Sibérie pour passer l’hiver sur nos côtes !

La baie de Bonne Anse garantit l'alimentation et le repos sans dérangement pour de nombreuses espèces.

Baie de Bonne Anse

Baie de Bonne Anse

Olivier Roux - OFB

Baie de Bonne Anse

Olivier Roux - OFB

Prés salés à l'intérieur de la baie de Bonne Anse

Prés salés à l'intérieur de la baie de Bonne Anse

Olivier Roux - OFB

Prés salés à l'intérieur de la baie de Bonne Anse

Olivier Roux - OFB

Flèche sableuse de la baie de Bonne Anse

Flèche sableuse de la baie de Bonne Anse

Olivier Roux - OFB

Flèche sableuse de la baie de Bonne Anse

Olivier Roux - OFB

Quelles interactions avec les activités humaines ?

Zone de promenade et plan d’eau abrité, la baie de Bonne Anse est un lieu privilégié pour de nombreuses activités de loisirs. Néanmoins, le maintien de la quiétude des lieux est probablement l’enjeu de préservation le plus important sur ce site essentiel aux oiseaux d’estran.